Reprises

LOUISE MICHEL
Nous reviendrons, foule sans nombre

Adaptation libre de Virginie BERLING, avec Julie MARBŒUF

  • « J’écrirai quelques pages de ma vie, mais pour vous seul. Et vous comprendrez pourquoi j’ai cru à la fatalité, et pourquoi, quand un nom magique a brillé dans la nuit, j’ai crié vers lui. Ma pitié pour tout ce qui souffre va loin. Ma révolte contre les inégalités sociales va plus loin encore. Elle grandit, grandit toujours, à travers la lutte, à travers l’hécatombe. Elle reviendra de par-delà l’océan. On ne fait pas six mille lieues pour n’être utile à rien. »

Reprise à l'Espace TriArtis Le 29/01/2017 à 18h et le 31/01/2017 à 19h30

D'UNE ALICE à L'AUTRE à la Comédie Nation à Paris

Mise en scène de Sigrid Carré-Lecoindre
Avec Evelyne LEVER, Agathe de Courcy - mezzo-soprano, Sarah Dupont d’Isigny - mezzo-soprano, Olivier Mettais Cartier - comédien et musicien, Nicolas Worms - compositeur et pianiste

Reprise à la Comédie Nation à Paris :
jeudi 19 janvier - 21h
dimanche 29 janvier - 17h
jeudi 2 février - 21h
dimanche 5 février - 17h
jeudi 9 février - 21h
dimanche 12 février - 17h
jeudi 16 février - 21h

LETTERA AMOROSA
René Char et Monteverdi

Direction et mise en jeu Jeanne Zaepffel
Avec Antoine Sarrazin (texte), Marie Salvat (chant et violon), Nicolas Worms (piano) et Jeanne Zaepffel (chant)

Durée : 1h

  • « René Char écrit le poème Lettera Amorosa en 1963, illustré par Georges Braque. Il reprend dans sa dédicace les mots chantés de la Lettera Amorosa de Claudio Monteverdi, composée vers 1619 dans le Septième Livre de madrigaux, sur un texte de Claudio Achillini : « Il n’est pas une partie de vous, qui par la force de l’amour invincible ne m’attire entièrement vers vous. ». Une femme lit la lettre de son amant, sa voix est accompagnée de la basse-continue. Le lien, ténu et invincible entre deux êtres qui s’aiment réunit ici la parole lumineuse de René Char et le lyrisme du « recitar cantando » de Claudio Monteverdi ». Quand la Musique se marie au Verbe, ne doit– elle pas déverser la sève secrète contenue dans l’énigmatique poème ?

Reprise au Conservatoire d’Aix-en-Provence le 21/10/2016 à 18h00 et 20h30

En partenariat avec les Amis du Théâtre Populaire

MARIE ANTOINETTE INTIME

avec Marianne BASLER, d'après la correspondance de Marie Antoinette
adaptation Evelyne LEVER
sous la direction de Sally Micaleff

  • Mai 1770.
    L'archiduchesse d'Autriche arrive en France pour épouser le Dauphin, qui deviendra Roi sous le nom de Louis XVI.
    Octobre 1793 : Marie-Antoinette, veuve Capet, est conduite à la guillotine. Pendant vingt-trois ans, elle a correspondu avec sa mère, ses frères, ses amis et ses fidèles. Mieux que tout autre témoignage, ces lettres éclairent la personnalité de la dernière Reine. Elles nous révèlent par quel cheminement cette Princesse, d'abord sentimentale et frivole, dépourvue d'expérience, manipulée par sa famille autrichienne, se jettera dans l'action politique et tentera désespérément de sauver la Monarchie Française.

CRÉATION à Grignan le 07 juillet 2007

Reprise du 30/11/2016 au 08/01/2017 au Lucernaire à 19h

LA VIE EST UNE GÉNIALE IMPROVISATION

Avec Bruno Abraham Kremer d'après la correspondance de Vladimir Jankélévitch

TEXTE DU SPECTACLE créé à Grignan en juillet 2012
Reprise du 19 octobre au 11 décembre 2016 au Lucernaire à 19h

Bruno Abraham Kremer

Crédit photo : Pascal Gély.

haut de page

MARILYN, INTIME

De et avec Claire BOROTRA, mise en scène Sally MICALEFF
CRÉATION à Grignan les 4 et 5 juillet 2013

Reprise du 06 au 30 Juillet 2016 au Théâtre du Chêne noir Festival d’Avignon

DARIUS

Un texte de Jean-Benoît PATRICOT
Avec Clémentine CELARIE et Pierre CASSIGNARD
Mise en scène Anne BOUVIER
PRIX DURANCE BEAUMARCHAIS-SACD/GRIGNAN 2014

  • Quelle étrange demande. Une femme, Claire, propose à Paul de mettre à sa disposition tout l’argent qu’elle a obtenu de la vente d’une petite maison familiale, en échange de quoi il lui créera des parfums uniques. Paul lui oppose un refus ferme et, croit-il, définitif. Depuis qu’il a perdu sa femme, il a laissé tomber son laboratoire de parfum et ne vit plus que de la vente de senteurs simples sur les marchés du Luberon. Pourtant Claire saura le convaincre de redevenir le nez qu’il était car elle lui présente la personne à qui elle destine ces parfums, un certain Darius. Embarqué dans une aventure hors du commun, Paul va devoir sortir de sa retraite et peut être retourner à la vie.

CREATION à Grignan le 04 juillet 2014 avec Marie BUNEL et Patrick CATALIFO

Reprise du 06 au 30 Juillet 2016 au Théâtre du Chêne noir Festival d’Avignon

Reprise du spectacle « D’une Alice à l’autre »

  • Reprise le 3 juin 2016 à 11h à Artcal lyrique, 87 rue des Pyrennées, 75002 Paris

  • Reprise le 12 février 2016 à 20h au festival "Concert d'hiver" Mairie Paris 19

Adaptation et mise en espace: Sigrid CARRE LECOINDRE
Avec : Vladimir HUGOT, comédien
Agathe de COURCY et Sarah DUPONT D'ISIGNY, mezzo-soprano
Nicolas WORMS, pianiste

  • C'est en 1855, que Charles Lutwidge Dodgson alias Lewis Carroll fait la connaissance d'Alice Liddell. Il vient d'être nommé maître assistant en mathématiques au très prestigieux collège Christ Church d'Oxford et, Alice est la fille du nouveau doyen.
    De sa correspondance avec celle qui dix ans plus tard inspirera son Alice au Pays des Merveilles, il ne reste plus rien, la mère de l'enfant ayant brûlé — pour une raison passée sous silence — l'intégralité des lettres signées de la main du bon vieil oncle Dodgson.
    Il faudra donc se contenter des courriers envoyés à cette Mme Hargreaves qu'Alice deviendra, et fort heureusement s'autoriser un détour par le « Livre des Merveilles » ou ces lettres adressées à d'autres petites filles, et qui sont autant de diamants bruts. Des petits paradis illogiques, ou trop logiques justement — tellement logiques qu'ils en sont fous et libres.
    Parce qu'ouvrir la porte du monde merveilleux de Lewis Carroll, c'est accepter de glisser au terreau de l'enfance, et d'emprunter à reculons les méandres sinueux d'un imaginaire qui s'invente.

CREATION Festival de Grignan - Juillet 2015

LA VIE EST UNE GÉNIALE IMPROVISATION

Avec Bruno Abraham Kremer d'après la correspondance de Vladimir Jankélévitchw
Texte du spectacle créé à Grignan en juillet 2012
Prochaines représentations :

Bruno Abraham Kremer

Crédit photo : Pascal Gély.

haut de page

AVANT L’ORAGE

Conception et direction Philippe MEYER
Avec Emeline Bayart, Pascal Sangla et Philippe Meyer
Lecture créée à Grignan le 1 juillet 2014

  • La revanche, la condition ouvrière, le féminisme, la politique, l’histoire, l’amour, bien sûr, sans compter les très nombreuses chansons humoristiques popularisées dans les cabarets, voilà ce qu’on chantait. Des chansons qui à l’époque avaient plusieurs dizaines d’années (de celles de Béranger qui remontent à Charles X aux premières de Paul de Kock - Madame Arthur). En effet l’apparition des procédés d’enregistrement sonore à la fin du 19e siècle et au début du 20e a donné une deuxième vie à tous ces airs populaires. Les années d’avant 14 sont dans la chanson une période de cohabitation exceptionnelle entre les genres et entre les époques, loin d’un possible cataclysme et pourtant juste avant l’orage. Une danse au bord du gouffre.

Reprise à la Péniche le Marcounet le 12 janvier 2015 à 20h

MARILYN, INTIME

Texte et interprétation Claire BOROTRA, mise en scène Sally MICALEFF, adaptation théâtrale Didier GOUPIL
lecture créée à Grignan le 4 et 5 juillet 2013

  • Marilyn Monroe hante encore nos mémoires. Sa beauté, son sourire, sa lumière, son sex appeal, sa mort brutale.

    Mais derrière l'icône forgée par les studios hollywoodiens se débat une femme seule dans un monde d'hommes. Une femme fragile, sensible, intelligente, qui connaît déjà l'issue du combat. Une femme qui se bat contre elle-même, pour surmonter sa peur, oublier ses souffrances.

    Dans ces confidences imaginaires, elle livre à la page blanche ses pensées les plus intimes, de son goût des hommes à celui des plateaux de cinéma, de ses failles à ses joies, ses espoirs, ses défaites.

    Ces mots qu'elle a couchés sur le papier et qu'elle a veillé à ce qu'on ne trouve jamais. Ces maux dont elle a si peu parlé, par pudeur, mais qui la détruisaient.

    On y découvre une Marilyn tourmentée, passionnée, intense, qui doute d'elle et des autres, incapable de vivre dans ce monde qu'elle ne comprend pas, et pourtant tellement vivante…

    En un mot : une femme. 

Reprise au Théâtre du Rond-Point du 5 juin au 5 juillet 2013, 18h30.

Marilyn, Intime, de et par Claire Borotra au théâtre du Rond Point.

© Stéphane Trapier / Atalante Paris.

haut de page

GALILÉE, LE COMBAT POUR UNE PENSÉE LIBRE

Lettres de Galilée traduites et adaptées par Cesare CAPITANI
Avec Cesare CAPITANI
Mise en espace de Thierry Surace
Musique de Antonio Catalfamo
Lecture créée à Grignan le 8 juillet 2012

  • Entre 1610 et 1616, quelque 20 ans avant son célèbre procès et sa plus célèbre encore abjuration, Galilée écrit une série de lettres où il soutient les nouvelles théories héliocentriques de Copernic et prend position sur la question du rapport entre foi et science. Dans ces écrits Galilée défend la liberté de la pensée contre ceux qui voudraient lui fixer des limites au nom des Ecritures et prétendent que tout ce qui, dans le monde, est connaissable et déjà entièrement connu. Galilée adresse ses lettres à son collègue Kepler, à son disciple Benedetto Castelli,  moine et professeur de mathématiques, au doge de Venise Leonardo Donati et à la Grande Duchesse de Toscane, Marie Christine de Lorraine, qui apprécie et soutient le travail du savant. Cette dernière lettre, écrite en langue vulgaire et non en latin, est un écrit de combat, un vrai manifeste contre toutes les formes d'obscurantisme.

Reprise au Théâtre de la Cité à Nice du 7 au 9 mars 2014

MARCEL DUCHAMP

Mise en scène et interprétation, Philippe DECOUFLE, Alice ROLAND, Christophe SALENGRO
Adaptation libre d'après la correspondance, Gerald STEHR
Lecture-demonstration créée à Grignan le 7 juillet 2013

  • En décembre 1916, Marcel Duchamp  fait  scandale à l'Armory Show de New York,  en présentant son Nu descendant un escalier. Dix ans plus tard il cesse de peindre pour se consacrer aux échecs. Dans l'intervalle il invente : le ready made soit par modification ( la Joconde à moustache) soit par simple renversement ( la fameuse Fontaine), la peinture cinétique avec les rotio-reliefs qu'il présente au Concours Lépine,  l'installation, il peint Le Grand Verre , et finit par inventer le concept artistique le plus farfelu et génial de l'histoire de l'art : «  L'Infra mince », c'est-à-dire la différence quasiment imperceptible mais pleine de potentiel dans la façon dont peuvent exceptionnellement s'épouser deux faits , deux évènements, deux odeurs, par exemple : « Quand la fumée du tabac sent aussi de la bouche  qui l'exhale, les deux odeurs s'épousent par infra mince. »

    Marcel Duchamp ne se départira jamais de l'esprit Dada qui fait co-exister le sérieux et la farce, l'obscène et le sacré, mais surtout la vie et la liberté.

    Plus encore que Picasso qui pensait que pour durer le peintre devait créer la légende autour de l'oeuvre, Marcel Duchamp en stratège a créé la légende autour du geste créatif.  En réunissant la totalité de ses œuvres les plus importantes au musée de Philadelphie, «  il a fait plus que quiconque pour ouvrir l'Amérique à l'art européen de ce demi‑siècle» comme le dit Pierre Roché. Et inversement.  Il a fait épouser les deux modernités par infra mince.

Reprise de la lecture-démonstration au Théâtre du Rond-Point du 17 au 31 janvier 2014 à 18h30.

GERTRUDE STEIN / PICASSO, PORTRAITS CROISÉS

Avec JULIETTE et Polydoros VOGIATZIS (récitants)
Mise en lecture Didier Long
Adaptation libre Gérald Stehr et Anne Rotenberg
Texte du spectacle créé à Grignan le 5 juillet 2013

  • L'Américaine Gertrude Stein est connue pour son portrait réalisé en 1905, par Picasso qui nécessita quatre vingt dix séances de poses et qui une fois achevé lui fut offert. Lors de leur rencontre, elle a 31 ans, Picasso 24. Picasso s'engoue de cette femme singulière et anticonformiste aux facettes multiples. « Gertrude était un être extraordinaire. Il suffisait qu'elle entre dans une pièce pour que la pièce soit pleine, même si elle était vide. Et elle comprenait la peinture. Elle m'a acheté des toiles quand personne d'autre au monde n'en voulait. C'était une amie. Et c'était un écrivain de première importance. » Dans cette déclaration à James Lord, Picasso évoque les trois figures de Stein, la mécène et collectionneuse, l'amie et confidente et comme il l'écrit l'« homme de lettres ». Si Picasso fit le portrait de Gertrude, Gertrude Stein brossa plusieurs portraits de Picasso. Elle devint le chantre du cubisme et développa une écriture contemporaine qui eût par la suite une grande influence sur l'avant-garde artistique. Comme elle le déclara à Picasso : « Il y a deux génies dans notre époque, vous en peinture et moi en littérature. »

Reprise à la Salle Gaveau le 12 novembre 2013 - 20h30

UNE SÉPARATION de Véronique Olmi

Prix Durance Beaumarchais-Sacd/Grignan
Avec Véronique Olmi et Jean-Phillipe Puymartin. Mise en scène Jean-Philippe Puymartin. Texte de la lecture spectacle créée à Grignan en juillet 2009.

  • Marie et Paul sont en couple sans partager le quotidien. Ils ont la cinquantaine, et vivent à Paris. Un matin, Marie écrit à Paul une lettre de rupture. Terrassé par cette nouvelle, Paul lui répond aussitôt pour lui exprimer son refus : il l'aime et ne se séparera pas d'elle. Et elle l'aime aussi, il en est sûr. Une Séparation est une pièce épistolaire qui déroule ce que fut une magnifique histoire d'amour, depuis la première rencontre jusqu'au dernier jour, avec ses fulgurances, ses doutes, ses erreurs et sa souffrance.

Nouvelle création au Théâtre des Mathurins à partir du 13 octobre 2013.

LA VIE EST UNE GÉNIALE IMPROVISATION !

Avec Bruno Abraham-Kremer, d'après la correspondance de Vladimir Jankélévitch
Texte du spectacle créé à Grignan en juillet 2012

  • Ecouter la correspondance de Janké - comme l'appelaient ses élèves - c'est plonger dans l'intimité d'un grand penseur, tra¬verser à ses côtés tout le 20ème siècle, avec ses ombres et ses lumières, en partageant sa belle amitié épistolaire avec Louis Beauduc. Ils ont 20 ans en 1923, et sont tous deux élèves à Normale Sup, lorsque débute cet échange de lettres qui durera 60 ans.

    Toute une vie en lettres, depuis ses premiers élans philoso¬phiques, jusqu'à la puissance de sa maturité, avec pour ultime preuve de sa liberté d'esprit, le retournement qu'il opère à 77 ans.

    Lui qui plaçait plus haut que tout la culture allemande, mais qui avait rompu avec l'Allemagne après la seconde guerre mon¬diale, concluant à l'impossibilité du pardon devant les crimes de la Shoah, inaugure une « ère nouvelle » en répondant à la lettre d'un jeune professeur allemand Wiard Raveling, qu'il invitera chez lui, à Paris.

    «Seul compte l'exemple que le philosophe donne par sa vie et dans ses actes.»

    Oui, Jankélévitch était bien ce grand philosophe, musicien, professeur de Morale, recherchant toute sa vie « l'accord parfait » entre ses idées et ses actes.

    Plus que jamais, il nous aide à vivre. Il est urgent de continuer à l'écouter.

Actuellement au Théâtre des Mathurins du mardi au samedi 21h et dimanche 17h.

LA VÉNUS AU PHACOCHÈRE de Christian Siméon

Prix Durance-Beaumarchais SACD/Grignan 2012
Texte du spectacle créé à Grignan en juillet 2012

  • En incarnant à elle seule trois rôles, Alexandra Lamy mène tambour battant avec une grâce unique, tour à tour canaille, sensuelle et bouleversante, cette aventure mondaine dans une Belle époque spirituelle et misogyne.
    Une performance de comédienne pour un ping-pong épistolaire moqueur et cruel de Christian Siméon, auteur du "Cabaret des hommes perdus", Molière de l'auteur 2007, dans une mise en scène de Christophe Lidon.

    En 1896, Thadée Natanson, fondateur de la Revue Blanche, déclenche une grave crise dans le couple qu'il forme avec son épouse, la resplendissante pianiste Misia, égérie du Tout-Paris de la Belle Epoque, modèle de Lautrec, Vuillard et Renoir, lorsqu'il publie l'article de Strinberg intitulé De l'infériorité de la femme puis refuse d'engager Henri Bergson pour la chronique philosophique de la Revue comme elle le lui demande.
    Quelques mois plus tard, à la première d' Ubu roi, Misia rencontre le très vulgaire et richissime Alfred Edwards, l'homme qui respire les femmes. Edwards lui répugne dès le premier regard, mais Edwards la veut à tout prix et dès lors Misia se retrouve écartelée entre Thadée et Edwards, entre l'idéaliste et le cynique, entre l'homme aux idées et l'ogre aux parfums. (source du texte)

Reprise au Théâtre de l'Atelier en juin et juillet 2013.

MARIE ANTOINETTE, texte d'Evelyne Lever

avec Fanny Cottençon, d'après la correspondance de Marie Antoinette

  • Mai 1770.
    L'archiduchesse d'Autriche arrive en France pour épouser le Dauphin, qui deviendra Roi sous le nom de Louis XVI.
    Octobre 1793 : Marie-Antoinette, veuve Capet, est conduite à la guillotine. Pendant vingt-trois ans, elle a correspondu avec sa mère, ses frères, ses amis et ses fidèles. Mieux que tout autre témoignage, ces lettres éclairent la personnalité de la dernière Reine. Elles nous révèlent par quel cheminement cette Princesse, d'abord sentimentale et frivole, dépourvue d'expérience, manipulée par sa famille autrichienne, se jettera dans l'action politique et tentera désespérément de sauver la Monarchie Française. (source du texte)

Le 19 novembre 2012 à 19h au Théâtre de la Tête d'or - 69 Lyon

IN ALTA SOLITUDINE

Adaptation Libre de Didier Goupil
avec Claire Chazal
d'après la correspondance de Marie d'Agoult

  • La destinée de Marie de Flavigny, comtesse d'Agoult, mariée et mère de deux petites filles, bascule lorsqu'elle rencontre Franz Liszt, son cadet de six ans, en décembre 1832. En juin 1835, après deux ans de liaison secrète, les amants s'enfuient. Indifférents au scandale, ils vivent leur amour au grand jour pendant quatre années. Ils séjourneront en Suisse puis deux ans en Italie (Milan, Venise, Gênes, Florence, Rome). Marie retrace dans son journal ces années de pèlerinage qui révèle, non seulement leur vie de couple au plus fort de leur passion, mais également une exceptionnelle soif de connaissances, un désir ardent de comprendre et d'embrasser, tous les arts. Il ressuscite aussi le goût d'une élite qui, comme à toute époque, se piquait d'échapper au conformisme de son temps. (source du texte)

Le 15 octobre 2012 à 19h au Théâtre de la Tête d'or - 69 Lyon

L'UNIQUE ET LE VOYOU, reprise de la lecture - Maïakovski-Lili Brik

de Claudine et Séverine Vincent
mise en scène Séverine Vincent
avec Robert Plagnol et Julie Marboeuf

Avignon off du 07 au 28 juillet 2012 à 19h15 au Théâtre du Petit Chien

LETTRES D'UN AMOUR EN EXIL, adaptée par Lara SUYEUX

d'après la correspondance de Nikolaï Erdman / Angelina Stepanova
avec Lara SUYEUX, Laurent MANZONI ou Mathieu MARIE

  • Le 11 janvier 2012 à 19h au "club" au Théâtre de l'Agora 91000 Evry
    Réservations 01 69 02 72 77
    www.theatreagora.com
  •  

  • Le 13 janvier 2012 à 19h30 à La Coupole
    la Scène Nationale de Sénart
    Réservations 01 60 34 53 60
    www.scenenationale-senart.com
  •  

  • Le 14 janvier à 18h à la MC 93 à Bobigny
    Réservations 01 41 60 72 60
    www.mc93.com

MADAME DE SÉVIGNÉ VA AU THÉÂTRE de Francoise HAMEL

d'après la correspondance de Madame de Sévigné
avec Macha MERIL

Le 5 décembre 2011 à 19h au Théâtre tête d'or - Lyon

COLETTE EN TOURNÉE

Adaptation libre de et avec Sabine HAUDEPIN

Le 21 novembre 2011 à 19h au Théâtre tête d'or - Lyon

AUGUST STRINDBERG un bouddha fin de siècle

  • Dans le cadre de la manifestation « A vous de Lire ! » le Festival de la Correspondance de Grignan et le Théâtre de la Gaité Montparnasse vous convient à la lecture de AUGUST STRINDBERG un bouddha fin de siècle.
    D'après August Strindberg, correspondance Tome 1 et 2, Zulma, 2009, 2011 traduit et présenté par Elena BALZAMO avec Dominique PINON.
    Qui est August Strindberg ? Où le chercher ?
    Intervention d'Elena BALZAMO à la suite de la lecture le 28 mai 2011 à 15h.

Entrée libre et gratuite (dans la limite des places disponibles)
au Théâtre de la Gaité Montparnasse

MOI, ANTONIN ARTAUD, je suis mon fils, mon père, ma mère et moi

Adaptation de Gérald STEHR et Bruno ABRAHAM KREMER
Mise en lecture et avec Bruno ABRAHAM KREMER
Thierry BALASSE, traitements sonores
Créé au festival de la correspondance le 11 juillet 2010
Repris au théâtre studio d'Alfortville le 17 novembre

Au Théâtre Studio d'Alfortville

JULES & MARCEL, correspondance de Raimu et Pagnol

Adaptation de Pierre Tré-Hardy
Mise en espace de Jean-Pierre Bernard
Avec Michel Galabru et Philippe Caubère
Créé au festival de la correspondance de Grignan le 5 juillet 2007

  • Il s'agit d'un spectacle autour de lettres échangées entre l'écrivain Marcel Pagnol et Raimu, son ami et acteur fétiche. Le thème central est « le Cinéma », passion qui a relié ces deux personnages hors du commun leur vie durant. Ce spectacle repose sur des lettres authentiques et souvent inédites, ainsi que sur des conversations entre les deux personnages afin d'exprimer les liens d'amitiés qui les reliaient. L'ensemble crée une dramaturgie, où rires et émotions sont présents jusqu'à la fin. C'est également l'occasion d'entrer dans l'intimité des « secrets » de ces hommes hauts en couleur. (source du texte)

Du 21 septembre 2010 au 31 décembre 2010 au Théâtre Marigny

CHER DIEGO, QUIELA T'EMBRASSE d'Helena Poniatowska

Avec Claire Chazal
Créé au festival de la correspondance, le 3 juillet 2008
Repris au Théâtre Saint-Michel de Bruxelles le 23 mars 2010

Au Théâtre Saint-Michel

QU'EST-IL ARRIVÉ À BETTE DAVIS ET JOAN CRAWFORD de Jean Marboeuf

Avec Julie Marboeuf et Séverine Vincent
Mise en scène Didier Long,
Créé au festival de la correspondance, le 5 juillet 2007
Repris au théâtre des Bouffes Parisiens en 2008
Repris au théâtre du Chêne Noir, Festival d'Avignon 2009
Repris au Vingtième Théâtre, Paris, septembre octobre 2009

JULES ET MARCEL, correspondance de Raimu et Pagnol

Adaptation de Pierre Tré-Hardy
Avec Michel Galabru et Philippe Caubère
Crée au festival de la correspondance, le 5 juillet 2007
Repris au théâtre Hébertot, Paris, mars à juin 2009
Tournée nationale janvier-avril 2010

Au Théâtre Hébertot

www.marcel-pagnol.com

MARIE-ANTOINETTE de Evelyne Lever

Mise en lecture Sally Micaleff
Avec Marianne Basler
Créé au festival de la correspondance, le 7 juillet 2007
Repris au théâtre de la Madeleine, Paris, janvier-mars 2009

Au Théâtre de la Madeleine

LE JOURNAL D'HELEN, « les années Jules et Jim »

d'après le journal d'Helen Hessel (André Dimanche éditeur),
Lu par Claire Chazal,
Créé le 5 juillet 2007 au festival de la correspondance
Repris en 2008 au théâtre Montparnasse

CORRESPONDANCE DE GROUCHO MARX

Adaptation et mise en lecture Patrice Leconte
Avec Jean-Pierre Marielle et Pierre Vernier
Créé le 8 juillet 2007 au festival de la correspondance
Repris en octobre 2007 au théâtre de l'Atelier
En tournée en Octobre, novembre, décembre 2008

GRIGNAN, UN FESTIVAL PAS COMME LES AUTRES.

Un film de Laurent Préyale, 2007, 53mn
Production : Lycoprod, Festival de la correspondance

LAISSEZ MOI de Marcelle Sauvageot

Avec Claire Chazal
Un film de Laurent Préyale, 2007, 60mn
Production : Lycoprod